Archives de : EELV Picardie

  1. Journées d’été EELV 2018 !

    Cette galerie contiene 2 photos.

    Les inscriptions pour les Journées d’été 2018 d’EELV sont ouvertes !

    On se retrouve donc du 23 au 25 août… à Strasbourg !

    Rdv dès maintenant et régulièrement sur le site pour vous inscrire, consulter le programme, préparer votre venue… :

    https://jde.eelv.fr/

  2. Phoques assassinés : EELV demande à l’État et la région de faire respecter la loi

    COMMUNIQUÉ DE PRESSE

    Phoques assassinés : EELV Hauts-de-France demande à l’État et la région de faire respecter la loi

    Lille, le 14 mai 2018

    Depuis le début de cette année, trois phoques ont été retrouvés assassinés par balle sur le littoral régional, dont deux par le GDEAM (Groupement pour la défense de l’Environnement dans l’Arrondissement de Montreuil), le 29 avril dernier. Ces découvertes macabres ont lieu dans un contexte de montée des revendications des pêcheurs contre la protection des phoques. L’incapacité de l’État à retrouver les auteurs de ces attaques envers une espèce protégée par la loi a incité Sea Sheperd France à offrir une récompense de 10 000 euros pour retrouver ces coupables.

    Pour Jérémie Crépel, secrétaire régional EELV Nord-Pas-de-Calais, « L’État et la région doivent prendre leurs responsabilités afin de faire cesser ces attaques. Il est choquant de voir le président de la commission environnement de la région Jean-Michel Taccoen accuser encore une fois les phoques de tous les maux sur France 2 le 11 mai 2018 . Avec l’exécutif de Xavier Bertrand qui refuse de soutenir les associations environnementales, il crée un climat politique propice à la répétition des délits environnementaux. »

    Pour Gil Mettai, secrétaire régional EELV Picardie, « Les phoques de la baie de Somme et de la côte d’Opale ne sont pas responsables de la baisse des réserves de poissons. C’est bien la surpêche pratiquée par l’homme qui provoque cette crise de la ressource. Au lieu de prendre les phoques comme boucs émissaires des actions humaines, nous devons créer une pêche durable qui respecte les ressources et les autres espèces se nourrissant de poisson. »

    Pour toutes ces raisons, EELV demande à l’État de mettre tout en œuvre pour faire respecter la loi et pour retrouver les auteurs de ces faits délictueux et soutient les associations qui luttent pour le respect de la biodiversité dans notre région comme sur nos côtes.

    Brigitte Fournié-Turquin, porte-parole d’EELV Picardie

    Martin Besnier, porte-parole d’EELV Nord-Pas de Calais

  3. Ciné Débat à Clermont de l’Oise 🗓 🗺

    Samedi 12 mai à 17h00 le cinéma du Clermontois organise un ciné débat autour de la projection du Film « L’intelligence des arbres » en présence du directeur de l’ONF de Picardie. L’occasion de parler écologie, écosystème et forêt.

    Cinéma du Clermontois, place Jean Corroyer 60600 Clermont

  4. Intervention de Brigitte Fournié-Turquin au Conseil Départemental de l’Aisne – Dossier de la déchetterie d’Allemant

    Suite sur le dossier de l’Installation de Stockage de déchets d’Allemant

     

    Intervention de Brigitte Fournié-Turquin au Conseil Départemental de l’Aisne

    Session du 09 avril 2018

    Rapport 151 – ACTIONS EN JUSTICE – Vote des taux

     

    A propos de procédures contentieuses, j’ai sous les yeux le dernier vœu du 3 avril 2017 voté à l’unanimité, relatif à notre opposition à l’Installation de Stockage de déchets d’Allemant2.

    Il se concluait ainsi :

    « L’Assemblée départementale invite Monsieur le Président à exercer tout recours auprès des tribunaux compétents. »

    Il existe un potentiel sérieux pour une action en justice.

    La décision du préfet d’autoriser l’extension de cette décharge se justifie par une capacité de stockage insuffisante pour nos déchets axonais.

    Actuellement, nous sommes dans un flou administratif potentiellement juridique.

    La région, qui a depuis peu la compétence en la matière, n’a pas finalisé son plan. La Région a approuvé notre plan départemental de Prévention et de gestion des déchets non dangereux. Mais, seul le Plan d’élimination , le PEDMA voté en 2008, est juridiquement opposable. Depuis, 10 ans ont passé, et il a coulé de l’eau sous les ponts. Et bien l’offre d’enfouissement d’Allemant 2 sera surdimensionnée au titre de ce PEDMA.

    Alors le 1er point contestable :

    Nous devrons donc accepter de gérer des déchets de départements limitrophes que nous ne produirons pas.

    Il faut savoir que déjà 15% des déchets enfouis actuellement à la décharge de Flavigny proviennent de l’extérieur de l’Aisne en Ordures Ménagères résiduelles et en Déchets d’Activités Economiques. Dans son avis, monsieur le préfet n’a pas tenu compte de ces 15% de déchets non axonais pouvant être enfouis à  Flavigny comme le prévoit pourtant l’arrêté préfectoral de décembre 2014.

    Les DAE d’entreprises industrielles, du BTP, des  artisans et commerçants, des écoles, administrations, des hôpitaux ,cliniques etc,  comme les OMr contiennent une grande part d’éléments fermentescibles compostables ou méthanisables. Les entreprises recyclent de plus en plus en interne par des process plus vertueux. Et c’est un gain économique aussi pour eux. Donc, les DAE diminuent.

    Il faut dire que les opérateurs privés comme à Allemant, qui recevaient les DAE, sont payés à la tonne de déchets enfouis et ont donc intérêt financièrement à en enfouir un maximum. Au contraire des collectivités à qui ça coute très cher et qui ont intérêt à réduire le tonnage des déchets envoyés en enfouissement.

    C’est le 1er point.

    Mais il y a un autre gros problème.

    J’ai entre les mains un document officiel qui émane des Prud’hommes de Soissons à propos de deux contentieux très récents en cours. Je vous préviens que le jugement est en appel et que je ne permettrai aucunement d’en tirer des conclusions qui ne m’appartiennent pas. Je m’en tiendrai à ce qui est public.

    Au détour d’un premier jugement, on apprend que…..

    « les pièces, documents et photographies concordants du dossier, permettent de tenir pour matériellement établi les manquements invoqués par le salarié au soutien de sa demande de résiliation judiciaire du contrat de travail ; il ressort précisément que M. le Directeur exploitation et maintenance, a donné des instructions « troublantes » à M. X et à M. Y pour contourner les calculs permettant d’atteindre les seuils de valorisation rendant éligible à la prime d’efficacité énergétique. Pour simplifier, la société SUEZ RV par l’intermédiaire de son directeur exploitation et maintenance, a demandé à ses salariés, en l’occurrence, M. X de détourner les procédures au détriment d’EDF pour que cette dernière lui verse les primes d’efficacité énergétique prévues par les contrats d’achat. De tels manquements aux obligations essentielles nées du contrat de travail, ont revêtu un caractère de gravité suffisant pour empêcher les poursuites du contrat de travail etc…. »

    Qu’est ce que cela signifie?

    A la lumière de ce que nous dit ce jugement qui est mis en appel, comment ça marche ?

    La TGAP a été instaurée en 99 par l’Etat pour renchérir l’enfouissement et pour inciter élus et opérateurs à prévenir et mieux traiter les déchets. Bref, les inciter à diminuer les tonnages enfouis. La TGAP, en grande partie, finance les actions de l’ADEME en matière de déchets.

    Mais il existe un abattement à cette taxe, depuis Grenelle 1. Il est conditionné à la valorisation du biogaz.

    La TGAP (taxe générale sur les activités polluantes) nécessite donc des compteurs pour calculer les seuils de valorisation rendant éligible à la prime d’efficacité énergétique.

    Je peux juste vous dire pour Allemant que des documents photographiques ont été montrés aux Prud’hommes au cours d’une séance publique. Ces photos illustreraient des conduites qui ne seraient pas en adéquation avec ses objectifs.

    Voilà le 2ème point contenu dans les attendus et développement de ce jugement des Prud’hommes.

    C’est pourquoi, je demande à notre Conseil, en connaissance de cause, d’étudier sérieusement la possibilité d’une action en justice pour éviter cette extension de la décharge d’Allemant.

    Et je ne comprends pas la réaction d’indifférence de Christophe Coulon, pourtant doublement concerné en tant que vice-président du Conseil Régional et conseiller auprès du DGS de notre département.

    Brigitte Fournié-Turquin,
    Conseillère départementale EELV de l’Aisne

     


    Article paru dans l’Union du 09 avril dernier :

    Aisne : une élue EELV évoque des suspicions de fraude à la décharge d’Allemant

    Élue Europe Écologie Les Verts au conseil départemental de l’Aisne, Brigitte Fournié – Turquin a, ce lundi matin, évoqué des suspicions de fraude à la taxe générale sur les activités polluantes (TGAP) à la décharge d’Allemant pour laquelle le préfet vient d’autoriser la réouverture et l’extension. Lire la suite de l’article

    ____________________

    Second article sur le dossier de la décharge d’Allemant et le travail de Brigitte Fournié-Turquin :

    L’Union, le 09 avril 2018

    Un parfum de fraude à la décharge d’Allemant

     Au conseil départemental, une élue EELV a évoqué des suspicions de fraude à la décharge d’Allemant. – J.-M. Champagne
    Photographe: J.-M. Champagne
    Alors que le conseil départemental avait à se prononcer sur un vœu concernant la décision du préfet d’autoriser l’exploitation du centre de stockage situé à Allemant, entre Laon et Soissons (lire ci – dessous), l’élue Europe Écologie – Les Verts Brigitte Fournié-Turquin a jeté un pavé dans la mare en évoquant un dossier dont a été saisi le conseil de prud’hommes de Soissons.
    Le conflit venu devant la juridiction prud’homale oppose la société Suez RV Nord Est, qui exploite la décharge d’Allemant, à deux de ses salariés. L’élue EELV a pris connaissance d’éléments qui n’ont manqué de l’interpeller.

  5. La biodiversité en danger, près de chez nous

    La biodiversité en danger, près de chez nous

    Installation de Stockage des Déchets Non Dangereux (ISDND) *d’Allemant dans l’Aisne

    de Brigitte Fournié-Turquin, conseillère départementale

    Depuis des années, une association lutte contre un centre d’enfouissement de 30 ans d’âge situé dans le centre du département de l’Aisne. C’est une lutte emblématique car sont remis en cause le manque d’ambition quant à la réduction du tonnage de ces « déchets non dangereux » par la prévention et le recyclage, mais aussi le tri qui laisse passer entre 30 et 40% de matière fermentescible compostable ou méthanisable de nos OMR ordures ménagères résiduelles et DAE déchets des entreprises et activités économiques. Avec des propositions de solutions concrètes : association en insertion pour la valorisation des matières, collectes en apport volontaire, conférences et films pour les citoyens que nous sommes…

    Ce centre d’enfouissement d’Allemant a fermé en automne 2016 après une prolongation qui laissait augurer d’un éventuel futur possible ! C’est en fait une EXTENSION en fond de vallée encaissée de cette décharge qui a été examinée le 22 décembre 2018 en Commission Départementale de l’Environnement et des Risques Sanitaires et Technologiques (CoDERST) en Préfecture. SITA NORD-EST SUEZ en fait la demande pour une durée de 11 ans.

    En résumé : on comble une vallée sur 35 mètres de haut en la remplissant de déchets polluants.

    C’est un lieu bucolique boisé, une entaille du plateau calcaire entre Laon et Soissons. Un lieu riche de biodiversité qui a nécessité une « demande de dérogation pour la destruction, l’altération ou la dégradation de site de reproduction ou d’aires de repos d’espèces animales et pour la capture, l’enlèvement, la destruction et la perturbation intentionnelle de spécimens d’espèces animales protégées ». L’avis du Conseil National de la Protection de La Nature a été défavorable, mais une 2ème demande au CNPN a été « favorable sous conditions », en formation restreinte cette fois là.

    Ce site est identifié comme espace naturel sensible.

    Que recèle ce lieu dit de « la Vallée Guerbette » ?

    En résumé :

    • Des forêts mixtes, dont des Forêts de ravin à Frêne et Sycomore, habitat prioritaire (Directive Européenne du 21 mai 1992), et plusieurs corridors inter-forestiers du défunt Schéma de Cohérence Ecologique,
    • des zones humides avec Marais à choin noirâtre, enjeu majeur, et présence de lentilles d’eau,
    • des tourbières basses alcalines (Directive Européenne).
    • de nombreuses sources issues des calcaires du Lutétien formées au contact des argiles de Laon qui truffent cette vallée. Eaux du ru Guerbette qui glissent vers l’Ailette qui se jette dans l’Aisne… Mais pas d’incidence directe de ce contexte hydrologique sur un captage d’alimentation en eau potable, Alors…. !
    • flore et espèces patrimoniales dont l’Orchis négligé et le Mouron délicat (nom prémonitoire ?)
    • les chauves-souris qui sont susceptibles d’être impactées : Grand Murin, Grand Rhinolophe, Petit Rhinolophe, Vespertilion à oreilles échancrées et Vespertilion de Bechstein
    • parmi les oiseaux, 16 espèces protégées
    • 22 espèces de lépidoptères dont un papillon rare et menacé dans la Région : le Petit Sylvain
    • le hérisson d’Europe et l’écureuil roux
    • le triton palmé, dont un site de reproduction avéré (mare forestière)
    • et sur liste rouge régionale « vulnérable » le lézard des souches avec l’habitat directement impacté : enjeu écologique très élevé du périmètre de l’extension.

     

    Parmi les mesures de compensation, de réduction et d’évitement, il est prévu de capturer ces Lézards des Souches  emblématiques, de relâcher les individus plus loin dans un site favorable ! Même technique pour l’orvet fragile.

    Le déboisement sera compensé par la création d’une bande boisée sur le périmètre agricole limitrophe, sur des terres appartenant à l’agriculteur propriétaire originel des terres de l’ISDND d’Allemant, ainsi que par des plantations sur une ancienne décharge  à 20 kilomètres de là.

    Le Conseil départemental suit ce dossier de décharge d’Allemant depuis de nombreuses années car il a toujours été problématique. La pollution atmosphérique et olfactive y a été pour beaucoup. La position du Conseil Départemental, circonspecte jusque là,  évolue en opposition depuis 2016. Sur ce mandat, 2 vœux que j’ai présentés ont été votés : contre la prolongation de son exploitation Allemant 1, puis contre le projet d’extension Allemant 2. Cela faisait suite à un arrêté préfectoral  valable jusqu’au 31 décembre 2047! autorisant la société SITA-DECTRA à déroger aux interdictions pour la destruction, l’altération ou la dégradation de sites hébergeant des espèces animales protégées en vue de permettre l’extension de cette ISDN. En bref, il ya une loi qui protège la biodiversité, mais un arrêté préfectoral permet d’y déroger !

    Le département considère que ce centre d’enfouissement est

    • disproportionné au titre du PEDMA (ancien plan de gestion) quant au tonnage départemental nécessaire pour les déchets produits. Le besoin en nouvelle capacité de stockage (56.700 tonnes) rend excessive celle du projet d’extension (90.00 tonnes/an).
    • l’emplacement du site de ce centre d’Allemant n’est plus judicieux car central alors qu’il faudrait un site au Sud et un autre au Nord au vu des installations existantes et de la répartition de la population axonaise.

    Donc, le département a émis un avis défavorable à ce projet d’extension qui n’est pas proportionné, et dont la localisation n’apparait pas adaptée aux besoins.

    L’Aisne est un des 2 départements des Hauts de France à avoir travaillé et approuvé son Plan Départemental de Prévention et de Gestion des Déchets Non Dangereux, dans l’attente du Schéma Régional d’Aménagement, de Développement Durable et d’Egalité des Territoires (SRADDET), période intermédiaire du fait de la loi NOTRe, la compétence étant attribuée à la Région dorénavant.

    Le vote majoritaire contre une décharge en CoDERST: une première depuis que j’y siège à environ la fréquence d’une fois par mois!

    Le vote du CoDERST de décembre, dont l’avis est consultatif, à l’issue de trois heures d’argumentations que j’ai fortement portées, a été de 10 contre ce projet et 9 pour. C’est la première fois que le vote négatif l’emporte dans cette instance où sont représentés les services de l’Etat. Il est très difficile d’être majoritaire face à eux. Ce fut un grand moment. La décision finale revient cependant au préfet. Nous l’attendons.

    J’ai proposé de suivre les principes E R C

    Éviter de décider de sacrifier un bel espace bucolique humide, riche de biodiversité pour y déposer 37 mètres de profondeur d’ordures ménagères

    Réduire nos OMR et DAE car c’est possible

    Compenser le refus de cette extension mal située par rapport aux besoins du département par une prolongation de l’ISDN du nord de notre département qui n’a pas posé les problèmes récurrents depuis le début de l’ISDN d’Allemant.

    A suivre !

    Brigitte Fournié-Turquin

    Conseillère départementale du canton de Laon2

    AISNE

    *Installation de Stockage des Déchets Non Dangereux


    Retour Presse dans L’Union du 24 mars : Décharge d’Allemant : la colère de l’élue verte du Département

    Retour Presse dans l’Union du 26 mars : Photos ci-dessous

     

     

  6. Pic de pollution de l’air : Agir dans l’urgence et à long terme

    COMMUNIQUE DE PRESSE

    Pic de pollution de l’air :

    Agir dans l’urgence et à long terme

    Lille, le 21 juin 2017,

    Selon Atmo Hauts-de-France, notre région connaît depuis hier un nouveau pic de pollution atmosphérique à l’ozone et aux particules fines dans un contexte de canicule. Les épisodes de canicule, facilitant les pics de pollution, sont amenés à être plus fréquents et extrêmes avec le dérèglement climatique.

    Face à ce nouveau pic, aucune mesure d’anticipation n’a pourtant été prise par la Préfecture de Région. Il n’est plus possible d’attendre passivement. Europe Ecologie Les Verts demande donc à nouveau, en plus de la limitation obligatoire des vitesses à 70 km/h sur l’ensemble du réseau autoroutier et routier :

    – la gratuité des transports en commun et du stationnement résidentiel,

    – la mise en place d’une circulation restreinte aux véhicules les plus polluants, avec les vignettes Crit’Air, et la mise en œuvre de l’interdiction de circulation de poids lourds en transit.

    Au-delà des pics de pollution, nous respirons au quotidien un air de qualité très médiocre. Il faut donc agir dans l’urgence mais aussi à long terme et dans un souci de justice sociale. Les écologistes appellent le Gouvernement à prendre ses responsabilités et proposent des mesures de fond dans tous les secteurs (transport, chauffage, industrie, agriculture), et notamment de :

    – développer massivement les transports en commun et les modes de déplacement doux. Restaurer la taxe poids-lourds.

    – sortir du diesel, en supprimant sa niche fiscale et en affectant la moitié des dépenses économisées à une prime de conversion automobile pour les ménages les plus vulnérables.

    – rénover jusqu’à 750 000 logements par an, en donnant la priorité aux ménages victimes de précarité énergétique.

    Pour rappel, le respect des normes françaises et de la valeur recommandée par l’Organisation Mondiale pour la Santé (OMS) de 10 mg/m3 de PM 2,5 permettrait d’éviter à l’échelle de la région et plus particulièrement de ses grandes villes environ 4900 décès chaque année et jusque 16 mois de gain d’espérance de vie à 30 ans.

    Lisette Sudic et François Veillerette, porte-paroles EELV Hauts-de-France

  7. 11 et 18 juin 2017 : Les candidats Europe Ecologie – Les Verts aux élections législatives !

    Europe Écologie – Les Verts Picardie présente ses candidat-e-s aux élections législatives des 11 et 18 juin 2017

    AISNE

    Première circonscription de l’Aisne :

    Brigitte FOURNIÉ TURQUIN – Titulaire

    58 ans, mariée, 3 enfants. Conseillère départementale du canton de Laon 2. Conseillère municipale à Laon de 2008 à 2014. Profession : directrice d’école, coordonnatrice de la Zone d’Éducation Prioritaire Champagne-Moulin Roux, actuellement membre des chœurs de l’Opéra de Reims.

    François BRAILLON – remplaçant

    4 enfants, 8 petits enfants. Ingénieur agronome et expert près de la cour d’appel d’Amiens, paysan, producteur fermier retraité, Chevalier du Mérite Agricole

    Deuxième circonscription de l’Aisne :

    Michel MAGNIEZ – Titulaire, soutenu par le PCF et Ensemble !

    Enseignant à l’université de Picardie – Jules Verne. Il s’engage au quotidien pour l’environnement, pour la cohésion sociale et pour le débat d’idées afin de porter une écologie pragmatique au service de l’humain.

    Marion BLEUSE – Remplaçante

    Marion est assistante sociale. Elle n’est membre d’aucun parti politique, mais elle est une femme de gauche, et elle défend des idées écologistes et sociales.

    Troisième circonscription de l’Aisne :

    Christophe PARENT – Titulaire

    Marié, trois enfants, Christophe travaille à la Caisse Primaire d’Assurance Maladie de l’Aisne depuis 1995. Maire de Montigny-en-Arrouaise depuis 2014, il habite son village situé dans le canton de Bohain-en-Vermandois depuis 20 ans. Engagé depuis de nombreuses années dans le milieu associatif, il possède une bonne connaissance de la Thiérache et des difficultés que ce territoire rencontre.

    Anne-Marie FICHTER – Remplaçante

    Quatrième circonscription de l’Aisne :
    Europe Écologie – Les Verts soutient Michel CARREAU, candidat du Parti Communiste Français.

    Cinquième circonscription de l’Aisne :

    Dominique JOURDAIN – Titulaire, soutenu par le PCF

    Avocat honoraire, Maire de Château Thierry de 1989 à 2008, président de la Communauté de Communes de 2001 à 2008, Dominique Jourdain est membre fondateur et président des Eco-Maires (association nationale des maires pour l’environnement et le développement durable) de 1995 à 2008 et président de l’association Haute Qualité Environnementale (HQE) de 2005 à 2009, il est, depuis 1995, administrateur de l’Agence de l’Eau Seine-Normandie et, depuis 2005, président de la Commission permanente des Programmes et de la Prospective.

    Mireille AUSÉCACHE – Remplaçante (Membre du Parti Communiste Français)

    Syndicaliste, Mireille a enseigné l’histoire-géographie à Château-Thierry de 1978 à 2003 (Collège Jean Rostand, Lycée La Fontaine), investie dans plusieurs associations culturelles locales.

    OISE
    Première circonscription de l’Oise
     :

    Europe Écologie – Les Verts soutient Josiane BAECKELANDT, candidate du Parti Radical de Gauche.

    Deuxième circonscription de l’Oise :

    Jacqueline FONTAINE – Titulaire, soutenue par le PS et le PRG

    54 ans. Professeur des écoles, Conseillère Municipale de Beauvais et de l’Agglo du Beauvaisis. Elle s’engage pour la protection de l’environnement créatrice d’emplois et améliorant la santé, pour l’éducation, la culture, l’enfance alors que la France, l’Europe et le monde ont besoin des écologistes !

    Mehdi RAHOUI – remplaçant (membre du Parti Socialiste)

    35 ans. Natif de Beauvais où il est élu depuis plusieurs années, il connaît bien sa circonscription qui a besoin de services publics forts et efficaces, d’une économie innovante au service de l’emploi des jeunes et des moins jeunes, d’un droit de travail qui protège.

    Troisième circonscription de l’Oise :

    Europe Écologie – Les Verts soutient Johann LUCAS, candidat du Parti Socialiste.

    Quatrième circonscription de l’Oise :

    Martine BERNARD – Titulaire, soutenue par le PS et le PRG

    Écologiste engagée, altruiste, opiniâtre et vigilante, son engagement est
    motivé par le sentiment qu’il n’est pas d’espace personnel, associatif, collectif, professionnel ou politique, où il ne soit d’extrême urgence d’agir pour le respect de la Nature et de son Humanité.

    Pierre-Etienne BOUCHET – Remplaçant (Membre du Parti Socialiste)

    41 ans, universitaire, membre de l’Observatoire du dialogue social, ancien responsable national d’une association de lutte contre le chômage, il s’engage aux côtés de Martine Bernard pour la protection de l’environnement et la défense de la justice sociale.

    Cinquième circonscription de l’Oise :

    Luc BLANCHARD – Titulaire

    47 ans, pacsé, père de 2 enfants de 9 ans, enseignant depuis 20 ans, conseiller municipal de Le Meux depuis 9 ans. Adepte de solutions concrètes et efficaces, engagé dans des associations locales, il met ses compétences au service de ses concitoyens. Adhérent à EELV depuis 2010.

    Françoise HACQUART – Remplaçante

    Mère de 5 enfants, infirmière retraitée, ancienne conseillère municipale verte
    de Compiègne, engagée pour la santé, elle milite activement pour une agriculture biologique qui assure des revenus convenables aux exploitants agricoles en préservant leur santé et la nôtre.

    Sixième circonscription de l’Oise :

    Caroline MARZUCCHETTI – Titulaire

    36 ans, responsable administrative et financière, écologiste car notre mode de vie n’est adapté ni à nos besoins, ni à ce que la nature peut nous offrir. Sensible à notre santé et à la cause animale, elle est convaincue que la politique a le pouvoir de changer la vie !

    Bertrand JEANDEL – Remplaçant

    48 ans, Picard, marié et père de 3 enfants, il réside et travaille dans l’Oise depuis 35 ans, militant et membre actif de collectifs nationaux (EELV, Sortir du nucléaire, L214, Les Colibris) ou locaux (Association pour le maintien de l’agriculture paysanne, L’âme Ortie)

    Septième circonscription de l’Oise :

    Europe Écologie – Les Verts soutient Alexandre OUIZILLE, candidat du Parti Socialiste.

    SOMME

    Quatrième circonscription de la Somme :

    Élodie HEREN – Titulaire, soutenue par le PS, le PCF et le PRG

    41 ans, mariée et mère de deux enfants. Élodie exerce le métier de conseillère principale d’éducation dans la Somme. Conseillère municipale à Molliens-au-Bois et militante pour le progrès social et la transition écologique en matière d’énergie et de biodiversité.

    Anne VAN DYCKE

    48 ans, mariée à un fils d’agriculteur, elle enseigne l’économie, la gestion et le management auprès de jeunes lycéens. Anne est conseillère municipale à Doullens et déléguée communautaire dans la communauté de communes de « Territoire Nord Picardie ».

  8. Discours de Yannick Jadot au soir de la primaire de l’écologie

    This gallery contains 1 photo.

    Yannick Jadot a remporté la primaire de l’écologie.

    Voici le discours qu’il a prononcé le soir de sa désignation :

    « Les écologistes viennent de me désigner comme leur candidat à l’élection présidentielle. Je veux les en remercier chaleureusement.

    Je veux également remercier Michèle Rivasi, Cécile Duflot et Karima Delli pour la qualité de cette primaire. Ces dernières semaines, nous avons su démontrer notre respect mutuel et la force du projet que nous portons.

    Ensemble, avec les militantes et les militants d’Europe Ecologie les Verts, et avec toutes les personnes qui croient en l’écologie politique, nous allons construire la campagne présidentielle comme une aventure collective.

    Pendant la primaire, j’ai répété ma volonté de rassembler toute les familles de l’écologie : je veux poursuivre cette dynamique. C’est unie, ouverte, en regardant vers le grand large et les pieds sur terre que l’écologie sera conquérante.

    Je veux m’adresser ce soir, et tout au long de la campagne, à celles et ceux qui agissent chaque jour pour la planète et pour une société plus juste,

    à celles et ceux qui aimeraient agir mais qui n’en ont pas les moyens ou ne savent pas comment faire,

    à celles et ceux aussi qui ont pu être déçus par Europe Ecologie les Verts.

    Je suis déterminé à ce que cette campagne soit aussi la vôtre, que vous puissiez pleinement y participer, qu’elle ouvre une nouvelle page de l’écologie dans notre pays.

    Je mesure la responsabilité qui m’est confiée. Je la reçois avec gravité et détermination, mais aussi beaucoup d’enthousiasme.

    Avec gravité, car la France est au bord de la rupture. L’accroissement des inégalités, l’explosion des discriminations, l’affaissement de la démocratie, le dérèglement climatique, l’extinction des espèces, l’épuisement des ressources, les maladies liées aux pollutions : tout cela affaiblit notre pays.

    Nous souffrons de ne pas avoir de projet partagé et, faute d’horizon commun, la société explose dans un sauve-qui-peut généralisé. Jamais notre pays n’a connu une telle défiance, jamais la tentation du repli n’a été aussi forte.

    J’accueille aussi cette désignation avec détermination.

    Aujourd’hui s’ouvre à Marrakech la COP22, une nouvelle conférence mondiale sur le climat. Si la diplomatie française peut être fière de l’Accord de Paris signé lors de la COP21, chaque jour le gouvernement tourne le dos aux devoirs que cet accord impose.

    Obsession nucléaire, maintien des centrales charbon, choix du tout camion, diesel, soutien à l’agriculture la plus industrielle : ces choix maintenus depuis des décennies ne sont pas seulement néfastes pour le climat et pour la santé, ils nous privent de centaines de milliers d’emplois et d’entreprises dans tout le pays, maltraitent les animaux et font disparaître les services publics.

    Je reviens de Nantes où sont jugés les recours sur l’eau et les espèces protégées, déposés par les écologistes, contre les autorisations de travaux à Notre Dame des Landes. Que de temps perdu et d’entêtement autour de ce projet aussi inutile que destructeur -et toujours illégal au regard du droit européen. François Hollande confiait à des journalistes ne pas croire en ce projet : saisira-t-il enfin l’occasion d’y mettre fin, comme nous le demandons depuis des années ?

    Avec détermination donc, car, oui, les solutions sont là.

    Je crois en notre intelligence collective. La France n’est condamnée ni au désespoir, ni à la peur du déclassement. Il y a urgence à réformer les institutions pour déverrouiller la démocratie, à faire sauter les rentes pour libérer l’économie, à surmonter les conservatismes et les corporatismes pour débloquer la société.

    Ca tombe bien, notre pays regorge d’incroyables forces vitales, dans les quartiers, dans les villes et les campagnes, dans les entreprises et les associations. Nous devons absolument soutenir ces bâtisseurs d’avenir et leur donner les moyens d’essaimer.

    Dans cette campagne, nous déclinerons nos propositions pour faire face aux urgences écologiques, démocratiques et sociales. Pour prendre soin de la planète, nous devons réparer la société, la soigner.

    Protéger la nature, c’est nous protéger nous-même, c’est nous offrir une perspective d’avenir.

    Une France 100% énergies renouvelables, une agriculture paysanne et biologique, une alimentation saine et conviviale, une santé protégée, des transports collectifs accessibles, une fiscalité juste qui favorise l’innovation, des choix industriels qui créent des emplois plutôt que d’en détruire…

    Car justement, l’écologie, c’est plus d’emplois, moins d’inégalités et de précarités. L’écologie c’est des territoires vivants et une économie relocalisée.

    Alors que des millions de personnes souffrent de ne pas avoir d’emploi, trop de salariés souffrent dans leur travail. Intensification des tâches, dégradation des conditions, précarisation des contrats : nous proposerons des mesures pour améliorer le travail, l’adapter aux capacités et aux talents des femmes et des hommes, le partager, et en garantir les droits. Nous voulons remettre le travail à sa juste place dans nos vies.

    Nous mettrons en débat notre projet pour une école égalitaire et émancipatrice.

    Nous voulons donner le pouvoir aux citoyennes et aux citoyens dans une République refondée.

    Nous affirmons qu’une société de confiance ne peut émerger sans le respect plein et entier du pacte républicain, des droits qu’il devrait garantir et des promesses qu’il porte pour chacune et chacun, arrivé hier dans notre pays ou présent depuis Astérix, habitant d’un quartier populaire ou d’une ferme du Larzac. Liberté, égalité, fraternité.

    La démocratie, c’est le contrôle de l’Etat par les citoyens, pas l’inverse. Le fichier global d’informations sur la population est une dérive de plus qui porte atteinte aux libertés publiques, donc à la démocratie.

    Nous lutterons contre toutes les discriminations qui minent la société, qu’elles soient sociales, ethniques, liées à l’orientation sexuelle, aux handicaps ou à l’état de santé, aux opinions politiques, religieuses ou syndicales. Et il est plus que temps de mettre fin aux inégalités entre les femmes et les hommes.

    L’écologie, c’est une société apaisée, fraternelle, ouverte sur sa diversité et sur le monde.

    Osons dire que nous voulons une société qui ne soit pas une compétition perpétuelle, pour avoir le droit de vivre dignement et de nous épanouir.

    Osons réclamer le droit au bonheur.

    Evidemment, la France doit se redonner un horizon européen. Cette petite mondialisation libérale qu’est devenue l’Union Européenne, technocratique et austéritaire, qui dresse des murs et des barbelés contre les réfugiés, porte en elle le risque de l’effondrement de notre civilisation alors qu’elle devrait en être le ferment.

    Le Tafta et le Ceta ne sont pas des solutions, mais font partie du problème. Relançons massivement l’investissement utile pour tisser de nouvelles solidarités sur notre continent, entre l’Est et l’Ouest, le Nord et le Sud, au sein de nos pays et avec le monde qui nous entoure !

    La France, quant à elle, doit enfin nouer des relations saines avec les pays du Sud. Ni nostalgie régressive de la colonisation, ni Françafrique qui perdure comme au Gabon. Solidarité, soutien à la démocratie, intérêts mutuels pour un développement soutenable !

    Enfin, je mènerai cette campagne avec enthousiasme.

    Je veux rassembler les Françaises et les Français autour d’un projet positif, un projet de sens et de cohérence !

    Je veux qu’ensemble nous passions un nouveau pacte avec les Françaises et les Français, une nouvelle alliance : celle d’une écologie à la hauteur des défis de la planète et au cœur de la vie quotidienne, une écologie crédible, fière de ses combats et de ses convictions, aimable, populaire et humaniste, ni culpabilisante, ni punitive, mais aimable et bienveillante.

    Nous voulons redonner à chacune et à chacun sa dignité, la maîtrise de sa vie, l’envie et le pouvoir d’agir.

    Nous donnerons à voir de nouveaux possibles à celles et ceux qui n’attendent qu’un signe pour retrouver l’espoir, qu’une occasion pour réinvestir l’action collective et politique. Toutes et tous ne se disent pas « écologistes », mais peu importe : ils et elles sont prêts à agir si on leur en donne les moyens, s’ils reprennent possession des leviers du changement.

    Le récit de l’écologie que je vous propose de porter ensemble pour l’élection présidentielle est profondément subversif, exaltant et pragmatique : mobiliser les énergies vitales de la société pour nous réconcilier avec la nature et avec l’avenir, pour nous réconcilier entre nous, pour nous réconcilier avec nous-mêmes !

    La campagne des écologistes commence ce soir. Face aux artisans du renoncement, aux adeptes du « c’était mieux avant » et aux prêcheurs de haine, nous allons semer l’espoir d’une société de confiance.

    Je suis candidat pour que demain soit mieux qu’aujourd’hui, avec vous, et grâce à vous ».

  9. Avec plus de 57% des voix, Yannick Jadot remporte la primaire d’Europe Ecologie – Les Verts.

    Avec plus de 57% des voix, Yannick Jadot remporte la primaire d’Europe Ecologie – Les Verts.

    « La Primaire de l’écologie est désormais terminée, tous les bulletins du second tour ont été dépouillés ! Voici les résultats que nous annoncerons à la presse dans quelques instants :
    Bulletins reçus : 13 940, soit 80,76 % de participation

    Votes exprimés : 13 348
    Votes blancs : 495, soit 3,66% des exprimés
    Yannick Jadot : 7 340, soit 57,11% des exprimés
    Michèle Rivasi : 5 513, soit 42,89% des exprimés

    Yannick Jadot sera donc le candidat de l’écologie pour l’élection présidentielle de 2017 !

    Il peut compter sur le soutien d’Europe Écologie Les Verts et de tous les écologistes.

    Nous tenons à saluer une excellente participation : plus de 80% des inscrit-e-s ont envoyé leur bulletin. Merci à elle et eux de montrer la vitalité du peuple de l’écologie. Merci aussi aux quatre candidat-e-s d’avoir montré la cohérence du projet écologiste et d’avoir débattu dans la bienveillance et le respect.

    Dès ce soir, c’est une écologie rassemblée qui entre en campagne. Une campagne qui nous mène jusqu’au mois de juin, une campagne avec 578 élections : une présidentielle et 577 législatives.

    La COP22, qui s’ouvre aujourd’hui à Marrackech, nous le rappelle : face aux changements climatiques et à ses graves conséquences, l’écologie n’est pas une option, mais une nécessité. En France, l’écologie est avec Yannick Jadot ! »

    Julien Bayou et Sandra Regol, porte-parole nationaux

    Le site internet de Yannick Jadot : http://avecjadot.fr/

Remonter