Archives de : EELV Picardie

  1. Yannick Jadot invité de BFM TV le 24 février 2019

    Yannick Jadot, tête de liste des écologistes aux élections européennes, était l’invité de BFM TV ce dimanche 24 février 2019.

    Vous pouvez retrouver l’émission complète à ces liens :

     

    Première partie : « Quand vous mettez des énergies renouvelables plutôt que du nucléaire, vous avez des énergies qui coûtent deux fois moins cher que le nucléaire, et vous avez deux fois plus d’emploi ».

    https://www.bfmtv.com/mediaplayer/video/impot-pour-tous-je-ne-vois-pas-l-interet-de-mettre-ca-dans-le-debat-public-yannick-jadot-1142309.html

    Deuxième partie : « Si vous achetez en circuits courts auprès de paysans, plutôt que d’aller dans des grandes surfaces, votre panier ne coûte pas plus cher ».

    https://www.bfmtv.com/mediaplayer/video/impot-tous-les-francais-payent-l-impot-le-principal-c-est-la-tva-yannick-jadot-1142311.html

  2. Communiqué de presse EÉLV Bassin Creillois – Sud Oise

    Europe Écologie – Les Verts
    Bassin Creillois – Sud Oise

    Communiqué de presse du 04 Février 2019

    Le comité de défense et de promotion de la santé et des hôpitaux publics de Creil et de Senlis a gagné un répit jusqu’au 19 février (date du jugement du tribunal administratif d’Amiens) avec le moratoire prononcé par le préfet sur la fermeture de la maternité de l’hôpital de Creil. Néanmoins, ce projet d’économies de bouts de chandelles n’est pas abandonné par les administrations qui le portent.

    Le groupe local d’EELV continue à apporter tout son soutien au comité de défense qui veut l’abandon du projet de regroupement des trois maternités de Clermont, Creil, Senlis.

    EELV dénonce une vision centralisée et comptable qui méconnaît les territoires, les met en concurrence, affaibli les services publics, accroît les inégalités territoriales et les transports routiers.

    EELV déplore une étape de plus dans l’insidieux démantèlement des services publics et leur privatisation.

    EELV appelle à participer à l’action de relais visant à assurer une présence citoyenne permanente dans le hall de l’hôpital de Creil pour sensibiliser les usagers à ce projet funeste.

    Sylvain Cornut
    Secrétaire du groupe local

  3. Au conseil départemental de l’Aisne, Brigitte Fournié-Turquin (EELV) défend la transition écologique et sociale

    Intervention de Brigitte Fournié-Turquin, conseillère départementale EELV de l’Aisne, à propos du Rapport annuel de la collectivité en matière de Développement durable

    (conseil départemental du 02 février 2019)

    La politique des petits pas est nécessaire. Elle ne suffit plus. Les scientifiques du GIEC lancent un appel vibrant aux décideurs, aux politiques. Ce sont les grands projets qu’il faut mettre en conformité avec les objectifs de réductions es gaz à effet de serre :

    – réduire les émissions de GES de 45% d’ici 2030

    – réaliser la neutralité carbone en 2050

    En France ce sont des petits pas … mais en arrière.

    Pourtant les solutions existent. Mais depuis 2014, la consommation des énergies fossiles augmente à nouveau en France. Quelques chiffres parlants :

    En 2014 :  99 millions de tonnes équivalents pétrole

    En 2017 :  106 millions de tonnes équivalents pétrole

    Rien que pour les voitures particulières, c’est une hausse de 4,7% en un an. On est face à un gouffre et on accélère !

    La dernière évaluation officielle de la Stratégie Bas Carbone, créée par la loi, montre qu’en 2016 on dépasse le plafond annuel des émissions de GES de 3,6% tous secteurs compris.

    En 2016 : + 6% dans le transport

    + 11 % dans le bâtiment

    + 3% dans l’agriculture

    D’après les premières évaluations, en 2017, la situation a encore empiré, malgré tous les discours !

    Voyez Nicolas HULOT, Matthieu ORPHELIN qui claquent des portes.

    Alors nous dans l’Aisne ?

    Notre collectivité a gardé l’agriculture en compétence autorisée par la loi NOTRe. La Région et le département promeuvent l’approvisionnement local de l’alimentation dans la restauration collective.

    Le respect des terres, des ressources en eau et les consommateurs poussent vers plus en plus de bio. Bio et local, c’est l’idéal.

    Les chiffres ne sont pas bons pour nous :

    6,6 % de la surface agricole nationale est en bio

    Seulement 1,53% pour les Hauts de France, et 1,03% pour l’Aisne !

    Notre retard est considérable en la matière.

    Le Plan Régional de février 2018 préconise une aide à la conversion en bio, mais pas au maintien. Ce même maintien qui a été supprimé par le gouvernement. Il préconise l’objectif de 10% en bio dans les lycées, mais la loi en demande 20%.

    Il faut accélérer sur ce domaine agricole pour notre territoire, en terme d’emplois, d’environnement et d’attractivité.

    Dans l’Aisne encore

    Quand on veut justifier un projet , on dit : « Oui, je pollue, mais moins que mon voisin, moins que l’entreprise d’à côté, moins que, moins que… »

    Au total, tous les rejets s’additionnent

    En CoDERST, c’est l’argument que nous avons lu et entendu pour le CRSD Laon-Couvron d’autodrome Palmer.

    Ce circuit émettra 36,64 tonnes équivalents CO2 par jour. Mais c’est :

    – moins que  les 53 téqCO2 des émissions journalières des quatre communes concernées

    – moins que  les 262 téqCO2 de l’A26 entre Laon et Saint-Quentin.

    Dans les faits, cela s’additionne. Je redis devant l’assemblée du Conseil Départemental qu’il est désolant de voir un si grand aménagement consacré à un tel projet. C’est complètement contradictoire avec l’impérieuse obligation de diminuer les émissions de GES. On en reparlera dans les années futures.

    J’entends dire : bientôt nous roulerons avec des voitures électriques. Sur cet autodrome de Loisirs, si quelques automobiles de course pourront, à l’avenir rouler à l’électricité, ce ne sera pas le cas des 10.000 visiteurs attendus 3 jours durant, 6 fois par an, ni pour les 40 jours de dérogations de dérogations prévues pour rentabiliser l’activité de ce circuit.

    En 2009, dans la communauté de communes du pays de Laon, j’avais déjà voté contre ce projet pour des raisons sociales et environnementales. Je mettais en garde les élus sur le fait d’utiliser des énergies fossiles pour des activités de loisirs onéreuses, alors que les axonais avaient déjà du mal à payer leur carburant pour aller travailler. Finalement, c’est ce qui a mis le feu aux poudres dans les protestations des « gilets jaunes » dans notre territoire rural et pauvre.

    Et puis les voitures électriques nécessitent une production d’électricité en conséquence. Le président le notre Région demande la construction d’un EPR, réacteur nucléaire de 3ème génération à Gravelines, dans la zone TRI de Dunkerque (Territoire à Risque Important d’Inondation par submersion marine) !

    Il faut donc impérativement aller vers plus de sobriété par deux leviers.

    -les économies d’énergie, la rénovation thermique, la transformation de l’agriculture, la mobilité plus propre

    -les énergies renouvelables (biomasse, solaire, éolien géothermie, hydraulique, méthanisation).

    « N’oublions jamais que la cause écologique est la pierre angulaire de la dignité humaine et de la justice sociale » Nicolas Hulot.

     

    Brigitte Fournié-Turquin

     

     

     

     

    Cette intervention a également donné lieu à un compte rendu dans le journal L’Union du 15 février :

    http://abonne.lunion.fr/id41582/article/2019-02-17/couvron-le-circuit-palmer-va-emettre-37-tonnes-demissions-polluantes-par-jour

  4. Le maire de Grande-Synthe, Damien Carême, sera proposé pour être n°3 de la liste des écologistes.

    Le maire de Grande-Synthe (59), Damien Carême, sera proposé pour être n°3 sur la liste des écologistes aux élections européennes du 26 mai 2019.

    Très engagé dans l’accueil des migrants, ainsi que dans la défense et la mise en oeuvre de la transition écologique et sociale, Damien Carême est une figure importante des Hauts-de-France.

    David Cormand, secrétaire national d’Europe Ecologie – Les Verts, a déclaré que Damien Carême « est maire d’un territoire qui a socialement beaucoup souffert de la désindustrialisation, et ça ne l’a pas empêché de mener des politiques ambitieuses sur l’écologie en lien avec le social, comme la gratuité des transports en commun et les menus bio et locaux dans les cantines« .

    Plus d’informations à ce lien : https://france3-regions.francetvinfo.fr/hauts-de-france/pas-calais/grande-synthe/europeennes-maire-grande-synthe-designe-numero-3-liste-eelv-1546926.html

  5. Découvrez les 16 premiers noms de la liste des écologistes aux élections européennes.

    En juillet 2018, Europe Écologie – Les Verts a adopté une liste de seize candidat·e·s aux élections européennes.

    Après avoir adopté la stratégie du mouvement pour les élections européennes, les adhérent·e·s d’EELV étaient amené·e·s à se prononcer entre deux scénarios, avec Michèle Rivasi (scénario 1) ou Yannick Jadot (scénario 2) en tête de liste. C’est le scénario 2 qui l’a emporté. Yannick Jadot sera tête de liste d’Europe Écologie – Les Verts et Michèle Rivasi seconde de liste.

    Adoptée selon une démarche de consensus, qui permet au parti de se rassembler autour de ses candidat·e·s, cette liste a vocation à être la liste de l’ensemble des écologistes. Elle sera ouverte à tous les acteurs et actrices de l’écologie de la société civile et aux mouvements politiques s’affirmant écologistes, régionalistes, afin d’essayer de composer une liste de rassemblement, pour refonder une Europe écologiste, solidaire et fédérale.

    Voici les résultats du vote :
    – scénario 1 : 35,59%
    – scénario 2 : 58,69%
    – votes blancs : 5,72%

    Voici les 16 candidat·e·s d’EELV désignés, au 26 juin 2019 :
    1 Yannick Jadot
    2 Michèle Rivasi
    3 David Cormand
    4 Marie Toussaint
    5 Mounir Satouri
    6 Karima Delli
    7 François Thiollet
    8 Gwendoline Delbos-Corfield
    9 Jean-Laurent Félizia
    10 Julie Laernoes
    11 Guillaume Cros
    12 Sophie Bussière
    13 Abdallah Benbetka
    14 Catherine Hervieu
    15 William Lajeanne
    16 Leyla Binici

    Des modifications de cette liste sont encore possibles, notamment pour y intégrer des personnalités d’ouverture et/ou des candidat-e-s de formations écologistes qui souhaiteraient la rejoindre.

  6. Journées d’été EELV 2018 !

    Cette galerie contiene 2 photos.

    Les inscriptions pour les Journées d’été 2018 d’EELV sont ouvertes !

    On se retrouve donc du 23 au 25 août… à Strasbourg !

    Rdv dès maintenant et régulièrement sur le site pour vous inscrire, consulter le programme, préparer votre venue… :

    https://jde.eelv.fr/

  7. Phoques assassinés : EELV demande à l’État et la région de faire respecter la loi

    COMMUNIQUÉ DE PRESSE

    Phoques assassinés : EELV Hauts-de-France demande à l’État et la région de faire respecter la loi

    Lille, le 14 mai 2018

    Depuis le début de cette année, trois phoques ont été retrouvés assassinés par balle sur le littoral régional, dont deux par le GDEAM (Groupement pour la défense de l’Environnement dans l’Arrondissement de Montreuil), le 29 avril dernier. Ces découvertes macabres ont lieu dans un contexte de montée des revendications des pêcheurs contre la protection des phoques. L’incapacité de l’État à retrouver les auteurs de ces attaques envers une espèce protégée par la loi a incité Sea Sheperd France à offrir une récompense de 10 000 euros pour retrouver ces coupables.

    Pour Jérémie Crépel, secrétaire régional EELV Nord-Pas-de-Calais, « L’État et la région doivent prendre leurs responsabilités afin de faire cesser ces attaques. Il est choquant de voir le président de la commission environnement de la région Jean-Michel Taccoen accuser encore une fois les phoques de tous les maux sur France 2 le 11 mai 2018 . Avec l’exécutif de Xavier Bertrand qui refuse de soutenir les associations environnementales, il crée un climat politique propice à la répétition des délits environnementaux. »

    Pour Gil Mettai, secrétaire régional EELV Picardie, « Les phoques de la baie de Somme et de la côte d’Opale ne sont pas responsables de la baisse des réserves de poissons. C’est bien la surpêche pratiquée par l’homme qui provoque cette crise de la ressource. Au lieu de prendre les phoques comme boucs émissaires des actions humaines, nous devons créer une pêche durable qui respecte les ressources et les autres espèces se nourrissant de poisson. »

    Pour toutes ces raisons, EELV demande à l’État de mettre tout en œuvre pour faire respecter la loi et pour retrouver les auteurs de ces faits délictueux et soutient les associations qui luttent pour le respect de la biodiversité dans notre région comme sur nos côtes.

    Brigitte Fournié-Turquin, porte-parole d’EELV Picardie

    Martin Besnier, porte-parole d’EELV Nord-Pas de Calais

  8. Ciné Débat à Clermont de l’Oise 🗓 🗺

    Samedi 12 mai à 17h00 le cinéma du Clermontois organise un ciné débat autour de la projection du Film « L’intelligence des arbres » en présence du directeur de l’ONF de Picardie. L’occasion de parler écologie, écosystème et forêt.

    Cinéma du Clermontois, place Jean Corroyer 60600 Clermont

  9. Intervention de Brigitte Fournié-Turquin au Conseil Départemental de l’Aisne – Dossier de la déchetterie d’Allemant

    Suite sur le dossier de l’Installation de Stockage de déchets d’Allemant

     

    Intervention de Brigitte Fournié-Turquin au Conseil Départemental de l’Aisne

    Session du 09 avril 2018

    Rapport 151 – ACTIONS EN JUSTICE – Vote des taux

     

    A propos de procédures contentieuses, j’ai sous les yeux le dernier vœu du 3 avril 2017 voté à l’unanimité, relatif à notre opposition à l’Installation de Stockage de déchets d’Allemant2.

    Il se concluait ainsi :

    « L’Assemblée départementale invite Monsieur le Président à exercer tout recours auprès des tribunaux compétents. »

    Il existe un potentiel sérieux pour une action en justice.

    La décision du préfet d’autoriser l’extension de cette décharge se justifie par une capacité de stockage insuffisante pour nos déchets axonais.

    Actuellement, nous sommes dans un flou administratif potentiellement juridique.

    La région, qui a depuis peu la compétence en la matière, n’a pas finalisé son plan. La Région a approuvé notre plan départemental de Prévention et de gestion des déchets non dangereux. Mais, seul le Plan d’élimination , le PEDMA voté en 2008, est juridiquement opposable. Depuis, 10 ans ont passé, et il a coulé de l’eau sous les ponts. Et bien l’offre d’enfouissement d’Allemant 2 sera surdimensionnée au titre de ce PEDMA.

    Alors le 1er point contestable :

    Nous devrons donc accepter de gérer des déchets de départements limitrophes que nous ne produirons pas.

    Il faut savoir que déjà 15% des déchets enfouis actuellement à la décharge de Flavigny proviennent de l’extérieur de l’Aisne en Ordures Ménagères résiduelles et en Déchets d’Activités Economiques. Dans son avis, monsieur le préfet n’a pas tenu compte de ces 15% de déchets non axonais pouvant être enfouis à  Flavigny comme le prévoit pourtant l’arrêté préfectoral de décembre 2014.

    Les DAE d’entreprises industrielles, du BTP, des  artisans et commerçants, des écoles, administrations, des hôpitaux ,cliniques etc,  comme les OMr contiennent une grande part d’éléments fermentescibles compostables ou méthanisables. Les entreprises recyclent de plus en plus en interne par des process plus vertueux. Et c’est un gain économique aussi pour eux. Donc, les DAE diminuent.

    Il faut dire que les opérateurs privés comme à Allemant, qui recevaient les DAE, sont payés à la tonne de déchets enfouis et ont donc intérêt financièrement à en enfouir un maximum. Au contraire des collectivités à qui ça coute très cher et qui ont intérêt à réduire le tonnage des déchets envoyés en enfouissement.

    C’est le 1er point.

    Mais il y a un autre gros problème.

    J’ai entre les mains un document officiel qui émane des Prud’hommes de Soissons à propos de deux contentieux très récents en cours. Je vous préviens que le jugement est en appel et que je ne permettrai aucunement d’en tirer des conclusions qui ne m’appartiennent pas. Je m’en tiendrai à ce qui est public.

    Au détour d’un premier jugement, on apprend que…..

    « les pièces, documents et photographies concordants du dossier, permettent de tenir pour matériellement établi les manquements invoqués par le salarié au soutien de sa demande de résiliation judiciaire du contrat de travail ; il ressort précisément que M. le Directeur exploitation et maintenance, a donné des instructions « troublantes » à M. X et à M. Y pour contourner les calculs permettant d’atteindre les seuils de valorisation rendant éligible à la prime d’efficacité énergétique. Pour simplifier, la société SUEZ RV par l’intermédiaire de son directeur exploitation et maintenance, a demandé à ses salariés, en l’occurrence, M. X de détourner les procédures au détriment d’EDF pour que cette dernière lui verse les primes d’efficacité énergétique prévues par les contrats d’achat. De tels manquements aux obligations essentielles nées du contrat de travail, ont revêtu un caractère de gravité suffisant pour empêcher les poursuites du contrat de travail etc…. »

    Qu’est ce que cela signifie?

    A la lumière de ce que nous dit ce jugement qui est mis en appel, comment ça marche ?

    La TGAP a été instaurée en 99 par l’Etat pour renchérir l’enfouissement et pour inciter élus et opérateurs à prévenir et mieux traiter les déchets. Bref, les inciter à diminuer les tonnages enfouis. La TGAP, en grande partie, finance les actions de l’ADEME en matière de déchets.

    Mais il existe un abattement à cette taxe, depuis Grenelle 1. Il est conditionné à la valorisation du biogaz.

    La TGAP (taxe générale sur les activités polluantes) nécessite donc des compteurs pour calculer les seuils de valorisation rendant éligible à la prime d’efficacité énergétique.

    Je peux juste vous dire pour Allemant que des documents photographiques ont été montrés aux Prud’hommes au cours d’une séance publique. Ces photos illustreraient des conduites qui ne seraient pas en adéquation avec ses objectifs.

    Voilà le 2ème point contenu dans les attendus et développement de ce jugement des Prud’hommes.

    C’est pourquoi, je demande à notre Conseil, en connaissance de cause, d’étudier sérieusement la possibilité d’une action en justice pour éviter cette extension de la décharge d’Allemant.

    Et je ne comprends pas la réaction d’indifférence de Christophe Coulon, pourtant doublement concerné en tant que vice-président du Conseil Régional et conseiller auprès du DGS de notre département.

    Brigitte Fournié-Turquin,
    Conseillère départementale EELV de l’Aisne

     


    Article paru dans l’Union du 09 avril dernier :

    Aisne : une élue EELV évoque des suspicions de fraude à la décharge d’Allemant

    Élue Europe Écologie Les Verts au conseil départemental de l’Aisne, Brigitte Fournié – Turquin a, ce lundi matin, évoqué des suspicions de fraude à la taxe générale sur les activités polluantes (TGAP) à la décharge d’Allemant pour laquelle le préfet vient d’autoriser la réouverture et l’extension. Lire la suite de l’article

    ____________________

    Second article sur le dossier de la décharge d’Allemant et le travail de Brigitte Fournié-Turquin :

    L’Union, le 09 avril 2018

    Un parfum de fraude à la décharge d’Allemant

     Au conseil départemental, une élue EELV a évoqué des suspicions de fraude à la décharge d’Allemant. – J.-M. Champagne
    Photographe: J.-M. Champagne
    Alors que le conseil départemental avait à se prononcer sur un vœu concernant la décision du préfet d’autoriser l’exploitation du centre de stockage situé à Allemant, entre Laon et Soissons (lire ci – dessous), l’élue Europe Écologie – Les Verts Brigitte Fournié-Turquin a jeté un pavé dans la mare en évoquant un dossier dont a été saisi le conseil de prud’hommes de Soissons.
    Le conflit venu devant la juridiction prud’homale oppose la société Suez RV Nord Est, qui exploite la décharge d’Allemant, à deux de ses salariés. L’élue EELV a pris connaissance d’éléments qui n’ont manqué de l’interpeller.

Remonter